Tag Archives: TEST

[TEST] A Plague Tale : Innocence sur Xbox One

Développé par les français d’Asobo Studio et édité par Focus Home InteractiveA Plague Tale : Innocence sur Xbox One nous plonge en plein Moyen-âge dans un jeu d’action aventure, au côté de deux jeunes frères et sœurs, dans lequel des hordes de rats ravagent le royaume de France… 

Scénario : 1348, le fléau de la peste ravage le Royaume de France. A travers les villages dévastés par la maladie, Amicia (que vous incarnerez) et son jeune frère Hugo tenteront de fuir l’inquisition lancée à leur poursuite… Sur leur route, ils devront joindre leurs forces à celles d’autres orphelins et survivre à des hordes de rats grâce au feu et à la lumière. Au moyen du lien qui les unit, les enfants affronteront les jours les plus sombres de l’Histoire pour échapper au destin funeste de leur famille…

Graphismes : Le titre d’Asobo Studio nous transporte en France au temps du Moyen-âge dans des environnements inspirés de paysages en Gironde et en Dordogne ainsi que de peintures classiques comme celles de Claude Lorrain (comme nous l’explique les développeurs), avec des ciels un peu orangés et doux qui apportent un certain romantisme à l’image néanmoins horrifique ! En effet, nous sommes constamment tiraillés entre la beauté du titre lors des passages d’accalmies et l’horreur des champs de bataille et des villages dévastés par la peste ! Quoi qu’il en soit, A Plague Tale : Innocence est d’une beauté à couper le souffle. Le tout parait si réaliste et sombre que l’on pourrait presque sentir l’odeur de pourriture émanant des cadavres que l’on croise tout au long du jeu ! IMPRESSIONNANT ! 

Jouabilité : A Plague Tale : Innocence est un mélange de jeu d’aventures, d’actions et d’infiltrations vous entraînant au plus profond d’un monde moyenâgeux au cœur des heures les plus sombres de l’Histoire. Vous incarnerez la jeune Amicia de Rune accompagnée de son petit frère Hugo. Pourchassé par l’Inquisition et cerné par l’avancée inexorable des hordes de rats, vous devrez apprendre à compter l’un sur l’autre afin de pouvoir avancer main dans la main dans cet univers impitoyable ! Il faudra pour cela résoudre quelques énigmes ici et là sans grande difficulté, jouer de la fronde aussi bien que l’ami Thierry, améliorer votre arme et votre inventaire afin de le rendre plus performant, utiliser le feu pour ne pas vous faire dévorer par ces saletés de rats et traverser les camps ennemis en vous infiltrant et en utilisant tout un tas de stratagèmes pour détourner l’attention de ces soldats barbares !

Durée de Vie : Comptez une petite douzaine d’heures pour terminer les 17 chapitres que composent cette magnifique aventure ! Rajoutez à cela 3 bonnes heures de plus pour récupérer l’ensemble des collectibles que vous aurez manqué sur votre route afin d’obtenir les fameux 1000 G. A Plague Tale Innocence n’offre pas grand-chose de plus pour vous pousser à revivre cette magnifique et horrifique aventure après l’avoir terminé une première fois, si ce n’est de replonger une nouvelle fois dans l’incroyable épopée que le titre d’Asobo Studio propose.

Bande Son : Olivier Derivière a réalisé un boulot incroyable sur les thèmes musicaux de ce A Plague Tale : Innocence, tant l’ambiance donne des frissons et est immersive à souhait ! Encore une fois, un sans faute ici !

Conclusion : A Plague Tale: Innocence est une sacrée surprise ! Je n’avais pas été aussi bluffé par un jeu solo depuis la sortie de l’excellentissime Hellblade: Senua’s Sacrifice ! Le scénario vous tiendra en haleine du début à la fin avec ses revirements de situations et ses actions riches en émotions… La bande son, quant à elle, est une pure merveille et le gameplay au top ! Un chef d’oeuvre made in France qu’il faut absolument posséder… tout simplement ! <3

[TEST] WORLD WAR Z sur XBOX ONE X

Mayday !! Mayday !! Ceci n’est pas un exercice !! Je répète, ceci n’est pas un exercice !! L’Humanité est au bord de l’extinction ! De New York à Moscou, en passant par Tokyo ou encore Jérusalem, l’apocalypse zombie se répand aux quatre coins du globe… mais rassurez-vous, tout n’est pas perdu… car même si la fin du monde approche à grands pas, la poignée de rescapés (dont vous faites parti) devra associer leurs forces afin de survivre à de gigantesques hordes de zombies. Du moins c’est ce que nous propose World War Z dans cet énorme défouloir zombiesque !

Scénario : World War Z est basé sur le blockbuster éponyme de Paramount Pictures, Il met en scène l’histoire de personnages embarqués dans des scènes d’action complètement dingues où le défouraillage de zombies sera votre principale activité ! Pour faire bref, un bon gros défouloir !  :D 

Graphismes : World War Z vous fera voyager aux quatre coins du monde !  Des couloirs du métro de New York au musée situé dans un Moscou hostile, en passant par le port de Tokyo ou encore les rues ravagées de Jérusalem, le titre de Saber Interactive vous fera découvrir des environnements riches, regorgeant de mille détails et de clins d’œil rappelant le film éponyme de Paramount Pictures ! Développé avec le moteur dynamique, le « Swarm Engine », WWZ permet d’affronter des hordes de centaines de zombies à la fois sans aucuns ralentissements à l’écran ! Un vrai plaisir et on sent bien que l’équipe de développement a voulu nous en mettre plein les mirettes…

Jouabilité : Ici pas de chichi… La prise en main est immédiate et on défouraille dans la joie et la bonne humeur entre pote ! Une fois votre personnage choisi parmi les 6 classes proposés, vous pourrez vous lancer corps et âme dans d’immenses « arènes de combats » en solo dans votre petit coin accompagné de l’IA (plus ou moins moisi…) ou avec 3 autres potes (ce que je vous conseille très fortement). Bien évidemment pour un jeu où le but est d’éliminer de terrifiante hordes de zombies, World War Z propose de nombreuses armes de guerres, d’explosifs en tout genre, de tourelles de défense en veux tu en voilà, de pièges électriques et de barricades … Les 12 chapitres que composent les 4 campagnes démarrent tous de la même façon et ont pour objectif de partir d’un point A pour arriver à un point B. Libre à vous, pendant la traversée de chaque niveaux, de fouiller les environnements pour trouver des charges explosives afin de faire sauter quelques portes blindés renfermant de précieux butins ici et là. Simple et efficace ! Vous commencerez par rencontrer de petits groupes de zombies et finirez par affronter des hordes (vraiment) impressionnantes… Le but est bien évidemment de rester groupir car certains « Zombies Spéciaux » pourraient vous prendre par surprise et vous frapper jusqu’à ce que mort s’en suive ! À la fin de chaque niveau, vous remporterez de l’XP afin de faire progresser votre classe, mais aussi de l’argent qui vous servira à acheter des compétences et des améliorations d’armes. Pour ma part j’ai privilégié une seule classe lors de mes différentes parties, à savoir le fantassin qui est un expert en armes à feu ! A vous de choisir le style qui vous convient le mieux sachant que chaque classe propose de petites variantes bien sympatoches !  ;) 

Durée de Vie : Je ne dois pas être très loin de la vingtaine d’heures de jeu (pour un jeu vendu à 35€ actuellement) et je n’ai toujours décroché ! Entre les 12 chapitres (à travers les 4 campagnes), les différents niveaux de difficultés, les 6 classes à faire évoluer et les modes multijoueurs que nous propose ce WWZ, vous en aurez pour votre argent ! En effet, les 5 modes Joueurs vs Joueurs vs Zombies (PvPvZ) viendront compléter les campagnes coopératives et je trouve ça plutôt cool !

  • Raid de récupération : Dans ce mode, vous devez récolter les ressources dispersées sur la zone de jeu et sur les ennemis abattus afin d’accumuler les points nécessaires pour remporter la partie !
  • Chasse au vaccin : Vous devrez prendre possession de l’objet de mission et le garder le suffisamment longtemps pour terminer victorieux.
  • Domination avec horde : Ici, il faudra capturer diverses zones de contrôle et les maintenir sous votre domination tout en dézinguant les hordes de zombies afin de remporter la partie.
  • Roi de la colline : Prendre le contrôle de la colline tout en interdisant l’accès à l’équipe adverse sera votre mission pour gagner.
  • Match à mort avec horde : Deux équipes s’affrontent sauvagement dans un match à mort ! Simple et sans prise de tête !

Bande Son : La bande originale de ce WWZ contribue très fortement à l’immersion et à la réussite de l’ensemble du titre. La bande son est tout simplement géniale et est en concordance avec l’ambiance du jeu (la trouille quand on entend la horde arrivée au loin) ! Quant aux bruitages des armes et des explosions, ils sont parfaitement parfaits comme nous le dirait le petit gars de la pub pour le calendos Lepetit !

Conclusion : World War Z est une put*** de surprise ! Pour ma part, je ne pensais pas passez autant d’heures à m’éclater sur ce jeu (et c’est pas fini…)… Il est rythmé, le gameplay est efficace, la bande son vraiment sympa, et la durée de vie conséquente ! Alors si vous aussi vous avez envie de décompresser devant un jeu d’aventure captivant entre potes et qui défoule par la même occaz’ après une dure journée de boulot (ou pas), je ne peux que vous conseiller ce titre !  8) 

[TEST] TOM CLANCY’S THE DIVISION 2 SUR XBOX ONE X

Après avoir retourné en long, en large et en travers « The Division » sur Xbox One avec 3 potes dans une guerre des plus redoutables contre le crime, l’annonce de ce 2ème opus ne pouvait que m’enchanter au plus au point ! C’est en effet l’un des jeux que j’attendais le plus cette année et je vous en parle via ces quelques lignes ! Agent Activé ! 8)

Scénario : Dans ce second opus, sept mois se sont écoulés depuis qu’une pandémie dévastatrice a décimé la ville de New York (lors du Black Friday) ainsi que le reste du monde, paralysant la population. Lorsque le virus s’est propagé, la Division, une unité d’agents civils dormants, a été activée comme dernier rempart. Depuis, les agents de la Division se battent sans relâche pour sauver ce qui reste à sauver. Pour cette unité autonome d’agents tactiques qui vit parmi les civils, les enjeux sont plus importants que jamais. Washington D.C., la ville la plus protégée sur Terre, est en danger, laissant tout le pays au bord de l’effondrement. Si la capitale tombe, alors c’est le pays tout entier qui tombe. Vous aurez donc bien compris que votre mission en tant qu’agent de la Division (accompagné de votre équipe) consistera à rétablir l’ordre et vous serez donc le dernier espoir pour arrêter la chute de la société après l’arrêt de l’épidémie

Graphismes : Le premier opus était déjà une parfaite réussite graphiquement parlant tandis que The Division 2 est tout simplement OUFISSIME ! Massive Entertainment et Ubisoft nous offrent une superbe suite où l’action se déroule dans un univers vivant, chaotique et totalement ouvert ! Les rues délabrées de cet univers post-apocalyptique sont remplies de déchets, de cadavres, de voitures abandonnées et d’animaux errants… Les civils et les factions ennemies s’efforcent constamment de survivre, se disputant les besoins tels que la nourriture, les médicaments ou encore les munitions, créant ainsi un monde vivant et dynamique. Les quartiers de la ville regorgent de milles détails, les jeux d’ombre et les effets de lumière varient selon le jour et la nuit, les effets météo sont irréprochables et s’accordent parfaitement aux effets spéciaux qui sont tout simplement bluffants. 

Jouabilité : Si vous avez joué au 1er opus, vous ne serez pas dépaysé ! Pour les autres, The Division 2 se présente comme un TPS, intégrant bon nombre d’éléments de RPG où votre agent, comme mentionné plus haut, arpentera seul ou en équipe un monde ouvert à travers Washington D.C.… Mais avant de parcourir ces rues crasseuses et pleines de danger vous passerez par la case création et pourrez ainsi façonner votre propre personnage. Aucunement lié par une classe spécifique, vous pourrez adapter votre équipement et vos attributs comme bon vous semblera… Une fois prêt, direction votre première mission où vous serez aidé par un didacticiel vraiment bien fait. Vous y découvrirez une prise en main particulièrement intuitive et se servir de l’environnement pour se mettre à couvert et passer de planque en planque à la « Gears of War » se fait sans mal. Au fur et à mesure de votre progression, vous débloquerez tout un tas de gadget afin de faire face au danger qui peut surgir de toutes parts. Drône, tourelle automatique, protection mobile, et tutti quanti seront de la partie et vous sauverons d’une mort certaine bien des fois… Vous pourrez également améliorer vos armes pour en modifier la puissance de feu, la stabilité et bien d’autres choses… Bref du tout bon même si une certaine obsession du butin s’installe afin de trouver l’équipement ou l’arme rare à chaque instant de jeu !

Durée de Vie : Comptez des dizaines et des dizaines d’heures de jeu entre potes et quelques nuits blanches… Oui je dis bien « entre potes » car si vous décidez de jouer seul dans votre coin, l’aventure vous paraîtra bien fade. Car oui, The Division 2 est vraiment pensé pour jouer en coop’ et non pour vous amuser en solo… Vous évoluerez dans un riche open-world mettant en avant un univers hostile regorgeant d’activités diverses. En effet, entre les missions principales, les missions annexes, les rencontres aléatoires et les fameuses « Dark Zone », il y a de quoi faire. Les DZ (pour les intimes) sont des endroits dangereux où la peur, la trahison et la tension sont omniprésentes à chaque coin de rues. Ici n’importe quel autre agent peut se retourner contre vous et voler votre butin durement gagné. Ce terrain de jeu a été conçu pour offrir une expérience équitable et excitante à tous les joueurs, et ce quel que soit leur niveau de progression… 

« Tom Clancy’s The Division 2 a été produit avec une mentalité de « fin du jeu d’abord », assurant aux joueurs un accès permanent à des activités toujours originales, uniques et diversifiées longtemps après la fin de la campagne principale. Le endgame de The Division 2 introduira de nouveaux défis et systèmes de progression, des rebondissements et des surprises, et pour la première fois, des raids. Les joueurs pourront également accéder à une multitude de contenus après le lancement, y compris une année complète de missions gratuites, d’extensions de cartes et de modes de jeu. »

Bande Son : L’immersion est complète ! Les doublages sont en français, les bruitages des armes et des explosions sont plus que convaincants et les thèmes musicaux font leur travail avec beaucoup de talent.

Conclusion : Grâce à sa réalisation artistique ultra soignée, son gameplay aux petits oignons, sa durée de vie phénoménale et son ambiance immersive, Tom Clancy’s The Division 2 s’impose comme un incontournable à posséder ! Sur ce,… j’y retourne et qui m’aime me suive…  (GT : misterdream78)  8)

[TEST] ANTHEM sur XBOX ONE X

Développé par BioWare et édité par Electronic Arts, Anthem, sur Xbox One X, débarque dans les bacs après de nombreuses années de développement ! Ce nouvel Action-RPG multijoueur se déroule dans un mode ouvert où vous pourrez vous déplacer à la manière d’un IronMan seul ou en coopération ! Après y avoir joué pendant deux bonnes grosses semaines, je peux enfin vous donner mon ressenti via ces quelques lignes…  

Scénario : Dans un monde laissé à l’abandon par les dieux, une sombre faction menace toute l’Humanité. Les seuls à se dresser entre ces criminels et la technologie ancienne qu’ils convoitent sont les « Freelancers ». Vous incarnerez donc l’un d’entres eux, et avec 3 autres compagnons (ou solo si vous préférez), munis d’armures de type exosquelette à la puissance unique (le javelin), vous devrez explorer de vastes ruines en affrontant de très nombreux ennemis afin de vous emparer d’artefacts surnaturels… car si le puissant Observateur, leader des Dominions (le méchant quoi…), arrivait à s’en emparer, l’univers entier serait plongé dans la désolation la plus totale ! Alors un conseil, bravez les dangers d’un monde en constante évolution et unissez-vous pour triompher du mal ! Voilà à peu près ce que j’ai compris du scénar’…  :D  

Graphismes : L’exploration de l’univers d’Anthem est un véritable régal pour nos petits yeux ! Le tout s’articule autour de monuments imposants et de paysages terrestres mêlant le futuriste, l’antique et l’exotique… C’est de toute beauté !! Les différents environnements où vous combattrez sont riches, variés, et regorgent de mille détails. Les cycles jour/nuit s’accordent parfaitement avec les effets météos. Le jeu est fluide et vous explorez ainsi un monde magnifique qui ne demande qu’a être parcouru par les airs, sur terre et même sous l’eau… De plus, les effets d’ombre et les jeux de lumières sont irréprochables et s’allient parfaitement avec les effets spéciaux qui sont tout simplement bluffants (projections de particules, explosions,…). Du grand art ! 

Jouabilité : Anthem se présente comme un « Space Opera », intégrant bon nombre d’éléments de RPG où votre personnage arpentera un monde magnifique centré sur un système multijoueur coopératif où le but principal sera de défourailler des créatures entre amis tout en ramassant du butin ! Ici la prise en main est intuitive et cela peut importe le javelin choisi ! Votre exosquelette vous permet de voler, de nager, de courir, de léviter, d’esquiver les attaques, de frapper vos ennemis, de tirer et tout ça dans une fluidité parfaite rendant le gameplay TOTALEMENT JOUISSIF (même si une certaine obsession s’installe peu à peu pour trouver l’équipement ou l’arme rare à chaque instant de jeu) ! Ici, vous aurez donc la possibilité de choisir à votre guise le javelin qui vous convient le mieux parmi les 4 proposés, sachant que chacun dispose de ses propres capacités spéciales.

Doté d’une grande puissance d’attaque, de bonnes capacités défensives et d’un arsenal adapté à toutes les situations, le Commando est pour ma part le javelin indispensable à votre escouade. Si vous êtes plutôt du genre je fonce dans le tas et je défouraille tout ce qui bouge, alors l’énorme Colosse est celui qu’il vous faut. Grâce à sa puissance destructrice il est capable à lui tout seul de décimer une armée. Il est d’ailleurs le seul à pouvoir manier toutes les armes lourdes ! L’Intercepteur quant à lui, est très rapide et est idéal pour approcher les ennemis et leur infliger de lourds dégâts, pour ensuite s’éclipser en évitant toute contre-attaque. Pour terminer, le Tempête est un javelin survolté capable de mettre à l’épreuve les lanciers les plus expérimentés. Avec ses puissants sceaux et son armure minimaliste, il est capable de canaliser l’énergie grâce à ses sceaux pour léviter au-dessus du champ de bataille et ainsi infliger de très gros dégâts.

Au fil du jeu, vous ferez constamment progresser vos talents de pilote, ainsi que les propriétés offensives et utilitaires de vos exosquelettes. 

Durée de Vie : Comptez des dizaines et des dizaines d’heures de jeu entre potes et quelques nuits blanches… Oui je dis bien « entre pote » ! Car si vous décidez de jouer seul dans votre coin, l’aventure vous paraîtra bien fade et vous risquerez de décrocher très vite. Car oui, Anthem est vraiment pensé pour jouer en coop’ et non pour vous amuser en solo… Que ce soit l’exploration libre ou l’aventure en elle même, le bébé de Bioware nous fait passer d’excellents moments entre potes ! 

Il faut savoir qu’Anthem n’en est qu’à ses débuts, car le jeu va continuer à se diversifier et à évoluer grâce à son service gratuit de mise à jour des contenus. Au cours des 90 prochains jours, des missions, des récompenses et des forteresses seront ajoutées. L’élément le plus remarquable sera le premier cataclysme, un événement qui transformera totalement l’univers du jeu, pour une toute nouvelle expérience. Des histoires, des personnages et des ennemis feront petit à petit leur apparition après le lancement du jeu, pour toujours plus de surprises et de défis. Bref,… Du lourd ! 

Bande Son : Irréprochable ! L’immersion est complète ! Les doublages sont en français, les bruitages des armes et des explosions sont plus que convaincants et les thèmes musicaux font leur travail avec beaucoup de talent. 

Conclusion : Les p’tits gars de chez Bioware ont fait du bon boulot comme à leurs habitudes (Mass Effect, Dragon Age, Jade Empire,… pour ne citer qu’eux) ! Grâce à sa réalisation artistique ultra soignée, son gameplay complètement jouissif, sa durée de vie phénoménale et son ambiance immersive, Anthem s’impose comme un incontournable à posséder ! Sur ce moi j’y retourne… 8) GT : misterdream78

[TEST] Metro Exodus sur XBOX ONE X

Etant un très très très très grand fan de la série Metro, je ne vous cache pas que mon impatience a été grande et qu’elle me rongeait au plus haut point de pouvoir enfin tester Exodus sur ma Xbox One X  ! Il est vrai que depuis l’annonce de ce 3ème opus, je me suis efforcé de ne regarder aucuns trailers ni autres vidéos du jeu afin de garder l’entière surprise pour le jour de sa sortie. Après avoir donc terminé une première fois l’aventure (et avant de m’y replonger pour y découvrir la 2ème fin du titre de 4A Games),  je peux enfin vous donner mon avis via les quelques lignes qui suivent !

Scénario : Nous sommes en 2036… Un quart de siècle après qu’une guerre nucléaire ait ravagé la Terre, quelques milliers de survivants se sont retranchés sous les ruines de Moscou, dans les tunnels du Métro. Ils ont bravé la pollution radioactive, combattu des bêtes mutantes et autres abominations et subi les souffrances de la guerre civile… Dans la peau d’Artyom, vous prendrez place à bord de l’Aurora, une locomotive à vapeur grandement améliorée, afin de fuir le Métro et mener une poignée de survivants en quête d’une nouvelle vie à l’Est. Cette mission vous entraînera dans un périple angoissant et stressant à travers une Russie post-apocalyptique, dans l’espoir de trouver une vie meilleure…

Graphismes : Ce 3ème opus de la série Metro est comme ces prédécesseurs, c’est à dire : M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E graphiquement parlant ! Dès les premières secondes, Exodus impressionne ! Vous êtes transporté littéralement dans un Moscou complètement dévasté où règne le chaos. Durant votre aventure vous serez amené à explorer, sur toute une année, les étendues sauvages d’une Russie post-apocalyptique prenant vie grâce à des cycles jour/nuit complètement dingues ainsi qu’à une météo dynamique bien intégrée,… et ce au début du printemps et jusqu’au cœur de l’hiver nucléaire. Hummm… Arrêtez-vous un instant et respirer moi ce bon bol d’air frais… touss, touss… ! Bref,… une véritable tuerie graphique (et je ne mâche pas mes mots…) malgré quelques bugs gênants et les nombreux retours au menu intempestif (mais cela devrait être réglé d’ici peu via un patch correctif) ! Les textures sont fines, les décors superbes, les effets de lumières éblouissants, l’ambiance oppressante parfaitement maîtrisée, la modélisation des personnages splendide et les animations époustouflantes ! J’en attendais pas moins de 4A Games ! <3 

Jouabilité : Metro Exodus se veut très facile à prendre en main et incarner Artyom pour le faire évoluer dans un univers oppressant est carrément stressant et parfois angoissant. En effet, ici, il faut constamment être sur ses gardes et éviter de trop faire le fou en tirant des coups de feu comme un malade sous peine de voir débouler de nombreux mutants ou tout autre cinglé de la gachette… 

Pour mener à bien les missions que le colonel Melnik vous attribuera pendant votre aventure, un arsenal composé d’une dizaine d’armes faites maison aux compétences bien différentes vous sera proposé. Vous pourrez en transporter 2 à la fois et pourrez également les modifier et les personnaliser sur un établi avec les différentes pièces que vous trouverez sur votre chemin. Toutes ces armes possèdent plusieurs configurations de combat et vous pourrez facilement monter ou démonter les éléments de celles-ci afin de les personnaliser à votre manière de jouer. A noter que votre arsenal s’encrasse et qu’il faudra le nettoyer (un peu trop) souvent pour une utilisation optimale !

Pour ma part j’ai opté (pour la plupart du temps) pour une approche en toute discrétion évitant ainsi le flux hostile de bandits et de mutants… Car il faut le souligner, les munitions se font rares, il est donc primordiale de les économiser… Notre héros possède également des lunettes de vision nocturne ainsi que des armes de lancer, telles que des couteaux, des cocktails Molotov, des grenades et des boîtes de conserve bien pratique pour distraire l’attention d’un ennemi… Vous pourrez également compter sur sa fameuse torche et sur son masque à gaz qu’il faudra penser à recharger de temps en temps, un briquet pour se débarrasser efficacement des toiles d’araignées ainsi qu’un indicateur lumineux très utile situé sur son avant bras qui s’active lorsque vous êtes dans une zone bien trop éclairée et donc détectable facilement par vos ennemis ! Du coup, si vous vous la jouez infiltration, pensez à bien éteindre les lumières dès que vous le pouvez, ce qui facilitera grandement votre progression !

Durée de Vie : Comptez une bonne vingtaine d’heures de jeu (voir beaucoup plus si vous désirez consacrer du temps aux différents objectifs secondaires) lors de vos aventures en Russie. Personnellement j’ai pris de mauvaises décisions par moment ce qui a provoqué de lourdes conséquences sur le déroulement de mon histoire ! Je compte bien réparer tout ça lors de ma deuxième partie afin de découvrir ce qu’il se passera avec des choix différents… 

Bande Son : Irréprochable ! Oui c’est bien le mot ! Mais quelle ambiance les amis ! L’immersion est complète, oppressante et terrifiante à souhait ! Cet opus propose des thèmes musicaux qui vous feront dresser les poils (je m’écoute la B.O. sur ma platine vinyle en boucle) ! Rajoutez à cela des bruitages convaincants et un doublage en français parfait… Par contre il faudra m’expliquer pourquoi Artyom ne prononce aucun mots et ne répond donc à aucune question pendant toute l’aventure… Hormis au début de chaque chapitre…

Conclusion : Merci, merci, merci et encore merci 4A Games ! Je me suis régalé du début à la fin de mon aventure au côté d’ArtyomMetro Exodus est donc un titre incontournable servi par un gameplay aux mécanismes parfaits, d’une beauté incomparable, d’une bande son immersive, d’une durée de vie plus que convenable et d’un univers si immersif que je n’ai vu le temps passé… et rare sont les jeux qui me procurent un tel effet ! N’étant toujours pas rassasié, j’entame dans la foulée une seconde partie en effectuant quelques changements au niveau de mes choix. Bref à posséder de toute urgence ! 

design downloaded from free wordpress templates | free Hd wallpapers | free website templates download