Tag Archives: ACTION

[TEST] Uncharted 4 : A Thief’s End sur PS4

L’attente fût longue… Très longue… Très très longue… avant de pouvoir poser mes mains sur Uncharted 4 : A Thief’s, cette exclue PlayStation 4 « made in » Naughty Dog qui nous promet depuis des mois de repousser les limites techniques de la console de Sony ! Nous allons donc voir ça dans le test (garanti sans spoil) qui suit,… laissez moi juste le temps d’enfiler mon holster …  :D

[TEST] Uncharted 4 : A Thief's End sur PS4

Scénario : Trois ans après les événements de sa dernière aventure (Uncharted 3: L’illusion de Drake), nous retrouvons un Nathan menant une vie tranquille avec sa belle loin des chasses aux trésors… Mais… Cette tranquillité sera de courte durée. En effet, rattrapé par son passé, cet « Indiana Jones » des temps modernes n’aura pas d’autres choix que de reprendre du service (pour notre plus grande joie) et de se lancer à la recherche du trésor perdu du Capitaine Henry Avery !

Graphismes : Uncharted 4 : A Thief’s Ends est sans aucun doute le plus beau jeu qu’il m’ait été donné de jouer, tout support confondu ! Ce 4ème opus de la série est une véritable prouesse technique et on prend une claque en pleine gueule à chaque fois que l’on visite un nouveau lieu de cette magnifique aventure autour du globe. Villa italienne, cathédrale écossaise abandonnée, sombre grotte, prison panaméenne, île lugubre, cimetière, jungle abondante, sommets enneigés en passant par les fonds marins et en traversant Madagascar en jeep sur des pleines rocheuses et boueuses sont autant endroit qui vous feront voyager assis sur votre canapé. Le dépaysement est garanti ! Et que ce soit la modélisation des personnages ou encore les nombreuses cinématiques du jeu, le titre de Naughty Dog vous pétera la rétine tant le jeu est (je le répète) MAGNIFIQUE !

Jouabilité : Fidèle à la série, le gameplay de ce 4ème opus est toujours aussi précis et agréable à prendre en main. Nathan Drake, comme à son habitude, grimpe et saute comme un singe. Notre héros alterne les phases d’exploration, la résolution d’énigmes et les gunfight afin d’avancer dans l’aventure. Lors de cette progression, il est très appréciable de pouvoir choisir la méthode à adopter face aux ennemis. Vous pourrez en effet vous la jouer furtif en vous aidant de l’environnement (herbes hautes, mur, eau,…) ou vous la jouer à la bourrin je fonce dans l’tas et je tire sur tout ce qui bouge ! Vous pourrez également conduire des véhicules, tel qu’un bateau ou une jeep afin d’explorer la map à travers les plaines de Madagascar. D’ailleurs, elle ne servira pas qu’à vous promener, car vous devrez surtout l’utiliser pour progresser et interagir avec le décor grâce à son treuil ! Bref, on passe une nouvelle fois un excellent moment avec notre bon vieux Drake !

Durée de Vie : Comptez une bonne quinzaine d’heures pour finir cette aventure incroyable, remplie d’émotions et de rebondissements. Vous pourrez rejouer chacun des chapitres afin de récolter les derniers objets que vous n’auriez pas trouvé lors de votre premier passage en modifiant, si vous souhaitez un peu plus de challenge, la difficulté du jeu ! Plusieurs modes multijoueurs sont également présents sur la galette :

  • Command : Ici, vous devrez protéger le capitaine de l’équipe et capturer des sites
  • Plunder : Votre équipe devra ramener l’idole dans son coffre pour marquer des points et ainsi remporter le match
  • Match à mort par équipe : Affrontement classique entre deux équipes de 5
  • Trials : Dans ce mode, vous devrez exécuter des mécaniques de jeu tout en combattant l’IA. Il y a 10 « Trials » au total.

Bande Son : Les doublages sont en français, les différents bruitages sont parfaitement parfaits et les thèmes musicaux restent dans la lignée des anciens épisodes et nous immergeant complètement dans cette « chasse aux trésors » ! Pour faire court, l’ambiance sonore est sensationnelle et l’immersion est totale !

Conclusion : Uncharted 4 : A Thief’s End est un jeu magnifique que tout possesseur de PS4 doit posséder ! Le scénario vous laissera bouche bée du début à la fin avec ses revirements de situations et ses actions riches en émotions… La bande son, quant à elle, est une pure merveille et le gameplay au top ! Un chef d’oeuvre !

[TEST] Quantum Break sur Xbox One

Développée par Remedy Entertainment, responsable des excellents Alan Wake et Max PayneQuantum Break, l’une des plus grosses exclues Microsoft de cette belle année 2016 débarque sur Xbox One et Windows 10. Après avoir passé quelques heures dessus, je peux enfin vous livrer mes impressions !

Scénario : À l’université américaine de Riverport, une expérience scientifique de voyage dans le temps vire à la catastrophe… Cet événement provoque un dérèglement du temps en créant une multitude de fractures temporelles. Ce désastre progresse à un rythme effréné et menace de figer le monde à jamais… Fort heureusement, vous, Jack Joyce, avez la capacité de manipuler le temps suite à cette expérimentation et devrez vous battre pour votre survie et pour sauver le monde contre la société Monarch qui se trouve derrière tout ce bordel…  8)

Graphismes : Quantum Break est tout simplement superbe ! Tous les personnages du jeu sont de véritables acteurs (plus ou moins connus) modélisés à la perfection, tels que Shawn Ashmore (la Trilogie X-Men, The Following,…), Aidan Gillen (Game of Thrones, Le Labyrinthe : La Terre brûlée,…) ou encore Dominic Monaghan (Le Seigneur des Anneaux, Lost : Les Disparus,…). Les environnements sont tout simplement époustouflants, variés et détaillés et les effets de lumière s’accordent parfaitement aux effets spéciaux, contribuant ainsi à renforcer l’excellente impression d’être devant une oeuvre cinématographique. Et c’est peu de le dire,… car en effet, à la fin de chaque acte, vous aurez le droit à un épisode de la série !

Jouabilité : Assez simpliste, le gameplay de Quantum Break se veut facile, précis et agréable à prendre en main et ne s’encombre pas de longues explications… Tout au long de cette aventure, vous enchaînerez les nombreuses phases de combats, d’explorations et d’énigmes pendant les moments d’accalmies… Jack Joyce a la capacité de manipuler le temps et vous vous amuserez avec la palette de ses différents pouvoirs temporels pour arriver à vos fins ! En effet, ceux-ci vous permettront de voir la position de vos ennemis, de vous déplacer tel un éclair, de figer le temps ou encore de vous protéger des balles grâce à une sorte de bouclier…

Durée de Vie : Comme à mon habitude, chasseur de succès oblige, j’ai débuté l’aventure en mode difficile. Celle-ci n’a en réalité rien de vraiment compliquée et il ne m’aura fallu qu’une bonne quinzaine d’heures pour la terminer ! Quantum Break est divisé en cinq parties avec quatre épisodes de la série intercalés entre eux. À la fin de chaque acte, le jeu vous proposera un choix à faire. Celui-ci aura une répercussion sur la suite de l’histoire et sur la diffusion de l’épisode qui s’en suivra, créant ainsi une expérience unique pour chaque joueur. Une fois l’aventure terminée, il est intéressant de modifier ses choix au niveau des jonctions afin de découvrir les nouvelles conséquences qu’elles engendrent…

Bande Son : Les bruitages et les thèmes musicaux font leur travail avec beaucoup de talent et l’ambiance globale est très immersive ! Côté doublage, bah… Ils sont en français ! Oui, en français et vraiment très convaincants !

Conclusion : Quantum Break nous offre une expérience unique et rythmée ! Le titre de Remedy Entertainment nous implique dans une histoire survoltée, non seulement à travers le jeu lui-même, mais aussi via une série TV palpitante dont nos actions ont une influence sur le déroulement de l’intrigue. Cette fusion donne vie à un scénario dynamique et offre un véritable renouveau vidéo-ludique afin de nous faire vivre une aventure vraiment innovante ! Sur ce,… j’y retourne, il ne me manque plus que 2 succès pour obtenir les 1000 G !  8)

Chassez le surnaturel, il revient au galop !  :D 

[TEST] Tom Clancy’s The Division SUR XBOX ONE

« Voix off de New York, Section Criminelle Activé » : Dans la guerre contre le crime, les plus redoutables bandits sont poursuivis par une unité d’élite appelée The Division. Afin de restaurer l’ordre et sortir New York du chaos, ces agents surentraînés devront éliminer les menaces qui prolifèrent à chaque coin de rue ! Voici mon histoire…  8)

Scénario : Tom Clancy’s The Division se déroule quelques semaines après qu’une pandémie dévastatrice ait décimé la ville de New York lors du Black Friday. Les uns après les autres, les biens de première nécessité ne sont plus disponibles et en quelques jours seulement, le manque d’eau et de nourriture fait sombrer la ville dans le chaos. La Division, une unité autonome d’agents tactiques qui vit parmi les civils, est activée pour sauver la société… En collaboration avec d’autres agents, votre mission, si vous l’acceptez, consistera donc à rétablir l’ordre !

Graphismes : The Division est vraiment magnifique ! Massive Entertainment nous offre un jeu superbe où l’action se déroule dans un univers vivant, chaotique et totalement ouvert ! Les rues délabrées de New-York sont remplies de déchets, de cadavres, de voitures abandonnées, de chiens errants, de bandits ou encore de civils affamés qui se foutent sur la gueule pour manger… Les quartiers de la ville regorgent de milles détails, les jeux d’ombre et les effets de lumière varient selon le jour et les effets météo sont irréprochables et s’accordent parfaitement aux effets spéciaux qui sont tout simplement bluffants.

Jouabilité : The Division se présente comme un TPS, intégrant bon nombre d’éléments de RPG où votre agent, comme mentionné plus haut, arpentera seul ou en équipe un monde ouvert à travers tout New-York… Mais avant de parcourir ces rues crasseuses et pleines de danger vous passerez par la case création et pourrez ainsi façonner votre propre personnage. Aucunement lié par une classe spécifique, vous pourrez adapter votre équipement et vos attributs comme bon vous semblera… Une fois prêt, direction votre première mission où vous serez aidé par un didacticiel vraiment bien fait. Vous y découvrirez une prise en main particulièrement intuitive et se servir de l’environnement pour se mettre à couvert et passer de planque en planque à la GoW se fait sans mal. Au fur et à mesure de votre progression, vous débloquerez tout un tas de gadget afin de faire face au danger qui peut surgir de toutes parts. Mine téléguidée, tourelle automatique, protection mobile, et tutti quanti seront de la partie et vous sauverons d’une mort certaine bien des fois… Vous pourrez également améliorer vos armes pour en modifier la puissance de feu, la stabilité et bien d’autres choses… Bref du tout bon même si une certaine obsession du butin s’installe afin de trouver l’équipement ou l’arme rare à chaque instant de jeu !

Durée de Vie : Comptez des dizaines et des dizaines d’heures de jeu entre potes et quelques nuits blanches… Oui je dis bien « entre potes » car si vous décidez de jouer seul dans votre coin, l’aventure vous paraîtra bien fade. Car oui, The Division est vraiment pensé pour jouer en coop’ et non pour vous amuser en solo… Vous évoluerez dans un riche open-world mettant en avant un univers hostile regorgeant d’activités diverses. En effet, entre les missions principales, les missions annexes, les rencontres aléatoires et la fameuse « Dark Zone », il y a de quoi faire. Située au cœur de la ville, cette zone de quarantaine est le quartier le plus dangereux et le plus contaminé. En y pénétrant vous y vivrez une expérience multijoueur basée sur la collaboration avec d’autres agents afin de trouver le meilleur équipement possible… A moins que vous ne décidiez de passer du côté des renégats en tuant lâchement votre coéquipier afin de lui voler le précieux butin qu’il aurait déniché…

Bande Son : L’immersion est complète ! Les doublages sont en français, les bruitages des armes et des explosions sont plus que convaincants et les thèmes musicaux font leur travail avec beaucoup de talent.

Conclusion : Grâce à sa réalisation artistique ultra soignée, son gameplay aux petits oignons, sa durée de vie phénoménale et son ambiance immersive, Tom Clancy’s The Division s’impose comme un incontournable à posséder ! Sur ce,… j’y retourne et qui m’aime me suive…  (GT : misterdream78)  8)

NB : Des mises-à-jour gratuites seront disponibles dès le mois prochain, incluant de nouvelles caractéristiques et de nouveaux défis. Des extensions payantes suivront dès cet été…

[TEST] ARSLAN X THE WARRIORS OF LEGEND SUR XBOX ONE

Après avoir zieuté quelques vidéos sur le net, ce Arslan X The Warriors of Legends (inspiré du roman, du manga et de l’anime « The Heroic Legend of Arslan ») a fait monter en moi un sentiment très fort de curiosité et une forte envie de poser mes petites mains sur ma manette afin de me plonger corps et âme dans des batailles épiques ! Bref, après une bonne semaine passée sur ce jeu d’action tactique je peux enfin vous donner mes impressions !

Scénario : Arslan: the Warriors of Legend nous plonge dans la peau d’Arslân, beau gosse légèrement efféminé, contraint de quitter son royaume lorsque son père, le roi, est trahi et vaincu, laissant l’ennemi conquérir son territoire. Aidé de ses compagnons, le jeune prince héritier de Parse tente donc de réunir une méga armée prête à faire valdinguer de l’ennemis en veux tu en voilà pour libérer le royaume en dépit de leur très très large infériorité numérique…

Graphismes : Autant être direct, ne vous attendez pas à la claque visuelle de l’année… Les environnements sont vides de chez vides, peu variés et pas vraiment détaillés. Les cinématiques sont nombreuses (très nombreuses) et pourront parfois vous donner l’impression de casser un peu le rythme entre 2 batailles. En revanche la modélisation des personnages façon cell-shading est parfaite !

Jouabilité : Comme tout bon beat’em all qui se respecte, vous avancerez tête baissé (à pied ou à cheval) en matraquant les 3 boutons de votre manette prévus à cet effet afin de défourailler vos ennemis par centaines… que dis-je… par milliers ! Pour casser un peu cet effet répétitif, différents protagonistes viendront taper l’incruste lors de l’aventure afin de diversifier un peu les méthodes de gameplay (combat au corps à corps, à distance ou encore… euh… au pinceau (WTF)). Même s’il est dommage de ne pas pouvoir choisir le guerrier que l’on incarne comme bon nous semble ! En effet chaque personnage nous est imposé durant les batailles et il est impossible de switcher de l’un à l’autre. Bref, votre perso évoluera au fil des combats et vos armes également. Pour augmenter vos caractéristiques, il vous sera possible d’utiliser des cartes (Skills Cards) que vos ennemis laisseront après s’être fait dézingués. Vous pourrez ainsi les fusionner pour en obtenir un maximum d’intérêts ! Mention spécial aux « Yashasîn », des cris de guerres Parse,  qui vous donneront l’occasion de lancer une charge avec votre armée afin de faire valser tous les ennemis qui se trouveront sur votre passage…

Durée de Vie : Comptez une bonne douzaine d’heures de jeu (cinématiques comprises) afin de terminer le mode histoire. Libre à vous de vous attaquez aux modes « hard » et « extreme » une fois l’aventure terminée avec vos personnages améliorés grâce aux nombreuses cartes que vous aurez trouvé. Le mode libre, quant à lui, vous permettra de rejouer n’importe quel chapitre seul ou en coopération, afin de faire gonfler l’expérience de votre perso et de tenter de gagner les fameuses cartes « S » ou encore les recettes d’Elam. Bref des heures et des heures de jeu en plus pour les plus coriaces d’entres vous…

Bande Son : Arslan X The Warriors of Legends est intégralement doublé en Japonais et sous-titré en Anglais. Pour ce type de jeu cela ne pose pas vraiment de problème pour la compréhension de l’histoire,… mais bon les développeurs auraient pu faire faire un p’tit effort pour nous pondre une traduction FR…

Conclusion : Avec sa réalisation plutôt sympa mais tout de même en dessous de ce que je pouvais espérer, Arslan: The Warriors of Legend offre une expérience de jeu conçue intégralement pour vous plonger dans l’univers d’Arslan. Le titre de Koei Tecmo reste un super défouloir avec quelques bonnes idées et m’a donné envie de me plonger dans les mangas afin d’en savoir plus sur son histoire !  ;) 

[TEST] Diablo 3 : Ultimate Evil Edition

Après avoir conquis le cœur et l’âme de millions de joueurs, Diablo 3, le célèbre Hack and Slash (t’avances, tu butes, tu ramasses,…) d’Activision Blizzard, débarque sur PS4 et XBOX One dans une version intitulée« Ultimate Evil Edition ». Cette version regroupe le contenu original ainsi que celui de l’extension « Reaper of Souls ».  8)

Scénario : Vingt ans se sont écoulés depuis que les démons primordiaux ont été vaincus et bannis du monde de Sanctuaire. Il vous faut aujourd’hui revenir là où tout a commencé, dans la ville de Tristam, et enquêter sur les rumeurs parlant d’une étoile tombée du ciel. Car c’est là le présage de la fin des temps…

Graphismes : Diablo 3 : Ultimate Evil Edition est vraiment splendide (voilà, ça c’est fait !). Les développeurs ont fait du bon boulot pour ce portage, et vos grand yeux ouverts n’en seront que comblés. Un vrai plaisir ! Les différents environnements qui composent l’aventure de vos héros sont vastes, colorés, riches, variés et donnent l’impression d’avoir été peints à la main. Les cinématiques sont surprenantes et les planches « crayonnées » qui ponctuent certains événements de l’intrigue apportent une touche unique. Lors des combats, c’est un feu d’artifice de couleurs étincelantes qui fera vibrer votre écran de Tv…, et ce, avec une fluidité à 60 fps et 1080p qui est vraiment très appréciable. Aucun doute, on est bien devant une production Blizzard !

Jouabilité : La prise en main à la manette se fait sans mal et le gameplay du jeu reste toujours aussi nerveux et addictif, ce qui conviendra aussi bien aux joueurs confirmés qu’aux débutants ! Vous pourrez prendre en main 6 classes de personnages aux compétences différentes, dont le Croisé (une sorte de guerrier équipé d’une armure lourde et maitrisant un grand nombre d’armes de mêlée et de pouvoirs sacrés) qui apporte du sang neuf à l’ensemble grâce à son style pour le moins … hum… percutant. Ici, la limite de niveaux est portée à 70 et les nouvelles compétences de combat redonnent de la fraicheur à l’ensemble et le bestiaire inédit apporte aussi son lot de nouveautés… Des objets magiques à la pelle et un artisan supplémentaire, la Mystique, renforcent un peu plus la montée en puissance de votre avatar.

A noter que les aventuriers qui se sont déjà procurés Diablo 3 sur l’ancienne génération de consoles seront heureux d’apprendre que cette édition permet d’importer ses personnages, sa progression et son butin gagnés auparavant !

Durée de Vie : Il vous faudra une bonne quinzaine d’heures de jeu en « normal » pour voir le bout de l’aventure en ligne droite (sachant que le jeu dispose de plusieurs niveaux de difficulté)… Mais en choisissant cette option, vous passerez à côté de nombreux donjons secondaires, d’événements et de défis annexes pouvant jalonner votre parcours. D’ailleurs quand on y réfléchit bien, il est assez difficile d’estimer la durée de vie du jeu, car dans cette « Ultimate Evil Edition », le contenu est plutôt conséquent, et on peut choisir de tout explorer,… ou pas… Cela dépendra beaucoup des joueurs qui combattront à vos côtés… Mais quoi qu’il en soit, le titre d’Activision Blizzard est clairement conçu pour être joué en coop’ avec des potes ! En effet, les parties multi-joueurs autorisent jusqu’à quatre héros sur la même console et/ou en ligne. En bref, des heures et des heures de jeu en perspective.

Bande Son : Les thèmes musicaux sont efficaces et l’ambiance globale très immersive ! Côté doublage, bah… Ils sont en français ! Oui, en français et vraiment très convaincant !

Conclusion : Gameplay jouissif, classes variées, univers immersif, durée de vie inestimable, difficultés finement dosées et mode multi-joueur disponible en ligne et hors ligne sur un même écran ! En résumé, n’attendez plus et venez signer un pacte avec El Diablo !  ^^)

design downloaded from free wordpress templates | free Hd wallpapers | free website templates download